Forum RPG Hentaï/Yuri/Yaoï autorisés
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Charon ~~ Le passeur ~~ Le bourreau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wolfgang Toren
Fondateur ~ Mercenaire divin ~ Surnommé Charon
avatar

Nombre de messages : 232
Age : 23
Date d'inscription : 03/09/2008

Qui êtes vous?
Métier:
Sexualité:
Que s'est il passé récemment dans votre vie?:

MessageSujet: Charon ~~ Le passeur ~~ Le bourreau   Dim 23 Mai - 9:49

Fiche D'identité

Nom: Toren

Prénom: Wolfgang

Age: 22 ans

Catégorie: Humain modifié...ou cyborg, si vous préférez.

Activité: Tueur à gage à la solde du conseil de millénium (il s'occupe des personnes "gênantes", ceux qui auraient la folle envie d'un coup d'état...tout ça).

Sexualité et tendance: Hétérosexuel, à tendance...vous verrez bien.

Histoire:
sur une coupure de journal, il y a a écrit:
Aujourd'hui, un nouveau meurtre a été répertorié, et une nouvelle fois, nous le devons au "Zodiaque", comme ce détraqué se fait appeler. Toute une famille est tombée sur sa lame, se noyant dans le sang. Aucun remord de ce bourreau, qui frappe encore, et frappera surement de nouveau qui, perpétuellement, échappe aux filets des forces de l'ordre. Si vous voyez cet homme, faites attention, il est incroyablement dangereux.


Un jeune homme finit de lire ce bref article, au moins le centième traitant du même sujet, et le jette au sol, visiblement non intéressé par tout ça. L'article est ramassé par un autre jeune homme, en débardeur, mit au dessous d'un pull fin, rouge, ouvert, ainsi qu'un jean tout ce qu'il y a de plus banal. Il regarde attentivement l'écriture, le regard neutre, puis, s'énerve d'un coup et le froisse. Aucun passant ne le remarque, fort heureusement. Il jette le papier qui n'est plus que des lamelles au sol, et reprend sa route. Il en a assez de tout ces articles sur lui, car oui, c'est lui "Le Zodiaque", Wolfgang Toren, cette dernière identité étant ignorée de tous. Certes, Wolfang tue, mais pas tout le temps pour son propre compte. Il doit bien trouver un moyen de vivre, et il lui arrive de faire le tueur à gage, même si il prend un malin plaisir, même dans ces moments là. Certes ! Il mérite tout ce qu'on dit sur lui, il est d'accord avec ça, mais il en a assez. A-t-il choisi cette voie ? Plus d'une fois, il a essayé d'arrêter, mais la voix de la bête en lui ne cessez de crier "Tue-les, tue-les, tue-les, ou ILS te tueront". Il a donc continué. Sans s'arrêter. Versant parfois des larmes de sang au milieu d'une euphorie. Et surtout, cet encouragement venant des Dieux, désormais, il était obligé de continuer. Cet article là date de bien longtemps, et l'homme qui l'a jeté le sait (la date est marquée dessus), mais le fait qu'il se retrouve pile sur le chemin de l'ex-criminel n'est pas une coïncidence. On veut lui rappeler qu'il n'a pas le choix, on veut lui rappeler ce qu'il était.

Après avoir lacéré cet article, il se rend directement chez lui, un petit studio mité avec seulement la place pour un lit et un réchaud et s'affale sur le lit installé contre un coin de la pièce, en face du dit réchaud. Il se défait de toutes ses armes et se pose une main sur le front, il pourrait avoir plus, mais il ne le désire pas. Pas encore. Il faut dire...Il aurait les moyens, vous savez jusqu'à combien on peut payer quelqu'un pour qu'il tue une autre personne gênante ? Non, vous n'avez pas idée. Mais tout ça lui convient, et sur son lit mité et rongé, il ferme les yeux, faisant pour la énième fois ce sombre cauchemar, un cauchemar étonnamment réel, tiré de sa vie, car oui, a une époque, tout ça s'est réellement passé. Tout repasse, depuis...

L'accouchement, tout le monde est dans une sorte d'euphorie qui embrume la pièce, et les médecins s'affairent, anxieux, se demandant si oui ou non, ce putain de bébé va se décider à sortir au lieu de faire le capricieux ! La mère, Elizabeta Toren, ayant pris le nom de son mari, est déjà très faible, mais personne n'en tient compte, pas même elle. Elle va donner naissance à son petit bout' chou, son fils, sa bataille. Elle même, même si elle sait que ça fait mal, plus qu'elle ne s'y serait attendu, comme si la faucheuse déjà armée tentait de sortir de son ventre, la lacérant de sa lame. Mais elle s'en fiche ! Elle continue de pousser, et aimerait bien frapper ce médecin qui continue de lui gueuler ce qu'elle a à faire, ce qu'elle fait depuis vingt bonne minutes. L'enfant fini par sortir, plein de sang, et elle ferme les yeux, son mari lui prend la main et regarde le bébé auquel on enlève tout ce sang qui le recouvre. Il y en a un peu qui demeure au coin de ses lèvres, et visiblement, après les premiers pleurs, cette présence d'hémoglobine sur son petit corps de bébé le fait rigoler. On donne le bébé au mari, et celui-ci le prend, les larmes aux yeux, avec un sourire ravi, la main de sa femme glisse, et pend contre la rambarde du lit. Il se dit qu'elle est épuisée, et quelque part, il a raison. Il tente de lui passer le bébé, mais elle ne réagit pas. De la fatigue, juste de la fatigue. Une homme en blouse blanche vient tâter son pouls. Mais n'y parvient pas. Heure du décès, 13h16, une seconde avant le passage à la minute, une heure qui devra hanter jusqu'à la fin de ses jours le jeune Wolfgang. L'heure où son arrivée à la vie a pris celle de sa mère. Le père continue de pleurer, mais avec un bruit sonore cette fois, et il pousse un cri incomparable, son front reposant contre le ventre de sa femme, le bébé ne comprenant pas, laissé avec un médecin, se met à pleurer à son tour.

Wolfgang se réveille dans son lit, mité et rongé, il faudra qu'il songe à demander à son père de le changer, son visage est marqué par des larmes séchées, il a encore fait se rêve étrange, il sait qu'il en est triste, mais n'arrive jamais à s'en rappeler. Il faut vraiment qu'il pense à demander à son père de changer son lit, tout ça, c'est de sa faute, tout ces rêves, c'est la faute de ce maudit truc pas confortable. Il sait que son père ne l'aime pas trop, mais du haut de ses six ans, il ne sait pas trop pourquoi, il a pourtant toujours été très gentil avec lui. Plus que de raison. Il se demande, à cet âge là, pourquoi sa mère ne vient pas, pourquoi lui, il n'en a pas une, comme tout les autres à l'école. Son père, lorsque son fils lui pose la question, a les larmes qui lui monte aux yeux, et c'est dans ses moments là qu'il prend son fils dans ses bras en s'excusant de tout ce qu'il lui a fait subir. Mais au final, ça reprend toujours comme avant. Le père, Calvin Toren, finit toujours par redevenir froid et distant avec son fils, si jeune, et pourtant si mûr pour un enfant de son âge. Calvin, lorsqu'il n'est pas en colère contre le monde entier, et particulièrement contre Wolf pour avoir pris la vie de sa femme, lui apprend à se battre. Le petit adore ça, peut-être uniquement parce que c'est l'un des rares moments de complicité avec son père, qu'il aime de tout son cœur, malgré le fait que ce sentiment ne soit pas partagé. Il passe par de nombreux styles, à mains nues mais également armés, il passe par le muay-thaï, le karaté, la savate, le kendo et même le Taekwendo. Pour un enfant de son âge, forcément, c'est dur, mais il n'a pas le choix, il veut être avec son père ! Il veut lui montrer qu'il est fort ! Ils finissent toujours leurs entrainements à 13h16, et l'enfant ne comprend pas pourquoi.

Huum...Un nouveau lit, propre, beau, grand et confortable. Quinze ans déjà, ce lit, il l'a acheté lui-même, avec la récompense d'un grand tournoi inter-style. Depuis qu'il remporte des tournois, son père semble s'entendre un peu mieux avec lui. En dehors de tout ça, Wolfgang reste très aimant avec son géniteur, et a déjà une élue de son cœur avec qui il espère partager sa vie. Incroyablement précoce pour son âge, il sait que ce n'est pas un amour de jeunesse, mais un réel amour qui durera. Il le sait, il le sent. Il sait qu'un jour...

Il se réveille à vingt ans, dans les bras de son amour, le regard comblé de bonheur. Elle adore ses deux couleurs d'ailleurs, et elle ferme ses paupières. Il s'est fait un petit tatouage sur la paupière d'un œil, par un expert, parai-il, où est marqué "différence", petit côté humour pour ces deux yeux de couleurs différentes. Récemment, son père lui a demandé un affrontement sérieux à son fils. Celui-ci à répondu par la négative tout d'abord, mais son père, saoul, s'est mis à lui raconter ce qu'il avait sur le cœur depuis longtemps. Depuis la mort de la mère du jeune homme jusqu'à aujourd'hui. C'est dans la rage que se déroula ce combat. Il avait lieu au milieu d'un ring, cerné par une flopée de spectateurs n'attendant que cet affrontement père / fils, tout deux connus pour être de grands combattants. Les caméras filmaient ça avec avidité, la diffusion se faisait en direct, devant des millions de télé-spectateurs. Un long affrontement, mais au final, le père ne parvint pas à toucher son fils au visage une seule fois. Vers la fin du combat, Wolf donna un coup de pied au niveau de l'occiput de son père, le coup le frappa de plein fouet et il s'affala au sol, vers son fils. Ce dernier, à bout de force, ne put le soutenir, et s'étala de tout son long sur le sol, cependant, un de ses pieds pris appui sur le sol, laissant l'un de ses genoux dressé, et il entra en plein dans un des points vitaux du paternel, ce dur combat, ce coup malencontreusement mal placé ainsi que des problèmes de santé réglèrent la vie de ce pratiquant d'arts martiaux. Tué par son fils, comme sa femme, qu'il allait désormais retrouver. Et dans le ciel, surement verra-t-il son fils, et il sera fier de lui, pour toujours...Après une heure de combat, l'heure du décès est finalement annoncée, 13h16.

Derrière des barreaux. Il n'arrive pas à comprendre, il a désormais vingt-deux ans et vit en permanence avec ce rêve qu'il fait depuis l'enfance et le meurtre de son père. Personne n'a tenu le jeune Wolf comme responsable. Il ne pouvait pas faire ce genre de chose exprès, non ? Et bien non, jamais il n'aurait pu, et aujourd'hui, il se retrouve seul. Il a du sang sur son torse et jusqu'au dessus de ses bras, ce sang qui lui brule la peau, ce sang qui n'est pas le sien. Il se souvient, juste après sa première transformation, on l'avait présenté à sa femme, il s'était marié depuis un an...Il s'était jeté sur elle et l'avait écharpée, il n'avait plus le contrôle de son corps et pendant qu'il se repaissait de sa chair, le loup pleurait. Il ne pouvait pas voir l'heure à ce moment là, mais il savait très bien quels chiffres il trouverait sur une horloge. Ce chiffre qui ne cessait de le tourmenter. Quelle transformation avait-il subi ? Dans un laboratoire, les Dieux avaient mis un terme à ses agissements. Arès l'avait attrapé, et pas tendrement. On l'avait donc mis en prison, et il allait normalement recevoir un châtiment, pour tout ses actes criminels. A la place, on lui fit cependant une proposition, il se souvient encore de ces mots. C'était très exactement, prononcé de la bouche de Zeus lui-même : "Tu aimes tuer ? Bien, bien. Nous ne t'arrêterons pas, tu nous as échappé depuis si longtemps...tu es vraiment doué. A Millénium, le talent ne dort jamais, et nous avons besoin du tiens. Accepterais-tu de devenir le tueur de l'Olympe ? Au lieu de te faire mettre à mort, ou de rester ici, à croupir seul, loin de tous ce qui représentaient ton "centre de loisir" ? Alors ? ". Le Dieu gérant de Millenium avait une voie fluette, douce, gentille, rassurante. Ça avait joué sur sa réponse finale, ça, et surtout le fait que rester seul dans cet endroit sale ne l'intéressait pas. Et puis...quand on avait un talent, il criait pour sortir et servir, Wolfgang était un professionnel du meurtre, et son talent n'arrêtait de le lacérer de l'intérieur, pour lui dire d'agir, il hurlait de douleur lorsqu'il était refoulé...c'était un réel plaisir de tuer. Pour qu'il soit bien opérationnel, encore plus qu'avant, on lui avait inséré plusieurs ajouts métalliques. Dans les bras tout d'abord, lui offrant une résistance et une puissance plus importante, puis dans les jambes, augmentant sa vélocité, sa résistance et sa puissance, là encore, et de nouveaux ajouts au niveau du poitrail et du dos, pour résister à certaines armes. Aucune opération n'incluait l'anesthésie, il ne le méritait surement pas, résultat, tout ça l'a rendu fou. Lui qui avait été enfermé après quelques meurtres était devenu une vraie machine à tuer, dès sa libération, il avait véritablement écharpé sa femme, sans même s'en rendre compte. Aujourd'hui, il s'en mord encore les doigts.

Sur son lit, dans ce petit studio, huit heures après s'être endormi, il se réveille. Il regarde son horloge, 13h16. Il donne un violent coup dans son réveil qui va se fracasser contre un mur et il se relève, le visage ravagé de larmes, mais il sourit. Il se rappelle très bien ses services, et ses nuits d'assassinats à partir de ce jour. C'était tellement bon, tellement libérateur. Il s'habille, passe la porte, et embrasse le soleil de son visage, un sourire aux lèvres, se dirigeant vers une salle de jeu. Cette nuit, il va bien s'amuser, il le sait ! Un nouveau gêneur a été repéré par les Dieux...ce sera un réel plaisir de le tuer.

Psychologie:
Au niveau du caractère. En fin de compte, c'est surtout là qu'il faut casser l'image que vous devez avoir de lui. L'image intérieure que vous vous êtes fait, avec ces photos, ces articles, ces coupures de magazines. Vous l'avez toujours vu, comme je l'ai dit plus haut, avec du sang sur les mains, mais il n'y a pas que ce Wolfgang là, derrière ce tueur en série, dont les cibles sont facilement reconnaissable grâce à un signe étrange crée par un sillon forgé par une lame, au niveau du poitrail (le même que celui qu'il a) et remontant jusqu'aux bras, en plus d'une petite gravure de sang où est marqué "Zodiaque", en référence à un ex-criminel, derrière tout ça, il se cache quelqu'un d'autre, quelqu'un de ravagé. De...Différent. Bien sûr, tout ça est passé...Il continue parfois de tuer, des cibles qu'on ne lui autorise pas d'écharper, mais les Dieux n'y prêtent pas attention, vu qu'il sert tout de même pas mal leur cause. Dans l'ombre.

Wolfgang a été changé après sa transformation, autrefois aimant et doux, il est devenu une brute assoiffée de sang et de meurtre, pour se venger, pour venger sa défunte femme. Cette période a duré bien longtemps, avant qu'il ne retrouve un semblant de raison. Désormais, il est devenu encore plus complexe qu'un simple tueur, il est devenu quelque chose d'autre. En fin de compte....Tout dépendra de la personne. C'est quelqu'un d'extrêmement renfermé sur lui-même, qui est lui-même plongé dans un cycle infernal commencé par les militaires et leurs putains d'expériences. Évidemment, ce sont eux, sa principale source de colère et de recherche de revanche, mais ils ne suffisent pas. Alors il sort, il tue, principalement des femmes, en souvenir de celle qu'il a perdu, mais également des hommes, même si ces derniers sont principalement des représentants des forces de l'ordre, qu'il hait par dessus tout. Ne vous attendez pas à trouver une boule de gentillesse, Wolfgang EST une muraille, personne ne pourra le cacher, ce point-ci. Wolfgang est cerné par un mur qui le rend violent, et dangereux, pour quiconque s'approche trop avec quoi que ce soit d'énervant.

Malgré tout ça, il a bel et bien une vie le jour. Il ne tue pas en permanence, il s'accorde des petits breaks, ou le meurtre n'est plus un de ses jeux favoris, mais où il redeviendrait presque normal, à part pour un certains types de personnes, que je pense, vous devinez assez vite la nature, qui le font voir rouge. Durant ces périodes là, même si il reste équipé de ses armes, il a rarement à s'en servir, si ce n'est pour égorger des personnes particulièrement énervantes, se défendre ou pour sauver, oui, parfois sauver des gens, sous le joug d'un quelconque groupe qui voudrait les oppresser. Le jour, il lui arrive de jouer (c'est un pro de la manette et de la raquette, autant pour le tennis, le badminton ou le tennis de table), de se promener, et même si il reste assez renfermé sur lui même, il ne fait inconsciemment qu'attendre quelqu'un. Quelqu'un qui pourra lui faire oublier ce qu'il est, quelqu'un de...de spécial, mais pas dans le même sens que lui. Il cherche une nouvelle épaule à laquelle s'appuyer, un radeau auquel s'accrocher, avant de devenir totalement hors de contrôle, consumé par cette folie qui le ravage depuis trop longtemps déjà. Ça, il n'en a pas conscience, pas du tout, mais face à quelqu'un qui saurait lui faire battre le cœur, il ne serait plus question de meurtres, ni de quoi que ce soit de préjudiciable.

C'est surement le genre de choses que n'importe quel avocat sortirait pour empêcher la prison à son client, ce que je m'apprête à vous dire, mais vous, gens du peuple, êtes ses juges, mais également ses bourreaux, alors je me dois de vous le dire. Au fond de lui se cache toujours celui qu'il était avant, et il n'attend qu'une chose : Sortir de nouveau pour profiter de l'air libre. Au dessous de cette apparence de façade, il est quelqu'un de doux, de protecteur mais infiniment maladroit avec les femmes, n'en ayant pas vu sous un autre jour que celui de proie depuis bien trop longtemps. Il peut encore s'attacher, même si avec lui, une liaison sera bien compliquée, car son côté psychopathe ne partira sans doute jamais, même si, devant un autre sentiment comme l'amour, il aura tendance à s'effacer au possible. Mais il restera toujours à l'affut, comme un tigre attendant de sauter sur une nouvelle proie, pour continuer sa vengeance sans fin. Le Wolfgang "psychopathe" est sa personnalité la plus présente, mais l'autre tente de reprendre le dessus...un jour ou l'autre, en fonction de ce qui se passera, l'une des deux se retrouvera surement annihilée par l'autre. Il faudra voir laquelle, à ce moment là.

Physique:

Le physique...le physique. Vous voulez parler du physique que vous apercevez sur les avis de recherches et aux informations ? Cette image qui vous fait tous peur, cette image d'un homme avec un sourire malsain, qui lèche une lame pleine de sang avec un tatouage étrange au niveau de la poitrine ? Vous voulez parler de ce physique, ou du vrai, celui qu'il a habituellement ? Celui que les Dieux n'essayaient pas de vous vendre, de vous fourguer pour que vous ayez peur, pour vous cloisonner dans un espace et une façon de voir les choses bien définie ? Non, c'est l'autre que je décrirais ce soir. Il est vrai que Wolfgang est quelqu'un d'étonnement...anormal disons, c'est un assassin, c'est vrai, mais il n'est pas aussi sombre que les photos peuvent le laisser penser...mais ça, c'est le rôle du mental, je suis ici pour décrire son physique, du moins, pour le moment. Allons-y donc.

Wolfgang est un loup, un chasseur, son corps, au fil du temps, a été forgé pour le meurtre, comme vous avez pu le remarquer. Le meurtre, mais également le combat. Homme de taille moyenne, il n'est ni trop grand, ce qui gênerait de toute façon ses mouvements, ni trop petit, ce qui serait un cruel handicap dans des combats à mains nues. Il est un peu plus haut que le mètre quatre-vingt et sa musculature et finement développée. Il n'est pas gros, il est vraiment mince, un poids plume, mais avec une force très importante dans les bras et les jambes, aussi musclés que son torse. Il suit depuis bien longtemps un entrainement rigoureux et intensif, ce qui a eu pour effet de le "tailler" pour ce qu'il est aujourd'hui, lui facilitant les choses sur de nombreux meurtres. Ce fin gabarit lui permet une souplesse sans pareille, qui, alliée à la puissance de ses jambes, lui confère une vitesse importante, et une furtivité qu'il n'envie à personne. Au niveau de son poitrail, il possède un tatouage qui remonte jusqu'à son cou, fait le tour de sa nuque, passe par les épaules et redescend jusqu'à ses biceps. C'est le tatouage qu'il creuse dans ses victimes et qu'il laisse comme "carte de visite".

Plus haut, au niveau du visage, commençons par ce qu'on voit le plus facilement et le plus souvent, vu que cette partie de son corps est souvent cachée, par une capuche, une cagoule, n'importe quoi...un masque même parfois. Sur son visage, vous verrez très souvent un regard ravi, avec un rictus souvent présent. Ce rictus peut-être soit un bon signe, soit un très mauvais. Mais ça, c'est dans la prochaine description, encore une fois. De temps à autre, quand la tension monte ou qu'il se bat de façon "calme", un air totalement froid se dessine sur son visage, un mur d'incompréhension et de calme dur se dresse, rendant toute expression quasiment illisible, sauf la colère. Toujours, de ses divers déguisement jaillissent toujours ses cheveux, tignasse assez longue et parfaitement désordonnée dans une coiffure anarchique, qui se fait d'elle-même, et que Wolf trouve suffisamment utile et en même temps esthétique pour ne pas avoir à la changer. Voila, en étant un civil, ou même quelqu'un à sa recherche, vous n'en avait normalement pas appris plus. Désormais, vous allez apprendre ce que personne ne sait, la véritable apparence qu'il possède. Un visage aux traits fins, pouvant presque ressembler à ceux d'une femme, si ils n'étaient pas marqué de cet air qu'on associe aux hommes mûrs. Cet air de dureté extrême cachant quelqu'un de doux, là, quelqu'un d'un peu fou. Ses dents, parfaitement ordonnés et blanches illuminent son visage dès qu'il sourit et il sait s'en servir, pour amadouer ses cibles ou simplement pour...d'autres choses. Plus haut encore, ses yeux. Sur le droit, sur la paupière, plus exactement, il a un léger tatouage, un tout petit kanji à peine discernable signifiant "différence". Au vu de son emplacement, on ne peut le voir que lorsqu'il ferme les yeux, et si on est attentif. Ses iris ne montrent pas la même couleur, ses yeux étant verrons, l'un vert, et celui de droite, où est marqué le kanji, étant bleu. Ils sont assez expressifs en général, même si, encore une fois, rien n'est jamais sûr avec ce drôle de personnage.

Au niveau du style vestimentaire, il porte souvent des habits de ville simple, souvent de fines vestes à capuche ou des pulls du même types, avec un jean tout simple. Tout dépend de son humeur, et surtout, des conditions extérieurs. Il tente toujours de rester le plus "normal" possible, surtout la nuit, pour ne pas attirer l'attention. Ce qui, pour ce qu'il fait, serait assez fâcheux. Il a en permanence sur lui un attirail bien préparé et bien camouflé dans ses nombreuses poches et sous ses bottes. Attachés dans son dos, il porte souvent (si ce n'est tout le temps) ses sortes de gants métalliques prolongés par des griffes d'une vingtaine de centimètres.

Comment avez vous connues ce forum? Haha, la bonne blague.

Avez vous lu le règlement? Trois fois.

Ps : Cette présentation vient d'un autre forum (mais elle est bien sûr de moi, même sur l'autre hein), je n'ai fait que l'arranger légèrement pour ce forum-ci, si vous voyez des incohérences, je modifierai.


Dernière édition par Wolfgang Toren le Lun 24 Mai - 15:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vance Repentia
Bras armé de l'Olympe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 302
Age : 27
Age du perso : 26 ans
Sexualité : Hétérosexuel
Petit(e) Ami(e) : Ahuura Sasamori, la lueur de ma vie.
Date d'inscription : 19/05/2009

Qui êtes vous?
Métier: Dieu de la Guerre, Arès
Sexualité: Hétérosexuel
Que s'est il passé récemment dans votre vie?:

MessageSujet: Re: Charon ~~ Le passeur ~~ Le bourreau   Lun 24 Mai - 15:24

Nickel Patron, super fiche. En revanche, je me dois de souligner quelques incohérences(enfin d'après moi, hein).

Les références à Night Wolf sont plutôt confuses. La présence d'une histoire de forme animale(de loup si j'ai tout compris) me semble aussi déplacée. A part cela, je crois que tout est en ordre!

_________________
My dear Ahuura, how was I able to live before meeting you?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfgang Toren
Fondateur ~ Mercenaire divin ~ Surnommé Charon
avatar

Nombre de messages : 232
Age : 23
Date d'inscription : 03/09/2008

Qui êtes vous?
Métier:
Sexualité:
Que s'est il passé récemment dans votre vie?:

MessageSujet: Re: Charon ~~ Le passeur ~~ Le bourreau   Lun 24 Mai - 15:42

Ouais, ça doit être des trucs que j'ai oublié de retirer, je modifie ça de suite.

Ps : voila, modifications faites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Charon ~~ Le passeur ~~ Le bourreau   

Revenir en haut Aller en bas
 
Charon ~~ Le passeur ~~ Le bourreau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charon, Le Nocher des Enfers
» L'Armée d'Haïti, Bourreau ou Victime?
» Bourreau ou victime ? Retour sur la chute de Aristide
» Question d'équipement : une forteresse sur le passeur !
» [Angleterre] Le retour du bourreau infernal...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Millenium :: Administrations des dômes :: Présentation-
Sauter vers: